Malgré tout leur succès dans d’autres domaines, les géants de la technologie ont constaté que certaines choses étaient plus faciles à dire qu’à faire. Facebook nous fournit l’exemple le plus récent : Le géant des médias sociaux a annoncé mardi qu’il mettait fin aux efforts pour concevoir, et construire ses drones Aquila fonctionnant à l’énergie solaire. Une installation de Bridgewater (U.K) responsable du développement des drones sera fermée, et 16 employés licenciés. Néanmoins, les défis rencontrés par des efforts tels qu’Aquila servent de rappel pour maintenir un sentiment de perspective lorsqu’une entreprise de technologie dévoile un produit, ou une technologie «révolutionnaire» qui promet de bouleverser un marché géant des télécommunications, ou de la télévision payante.

Un projet débuté en 2014

C’est en 2014 que Facebook a annoncé pour la première fois son programme Aquila, dans lequel des drones autonomes fonctionnant à l’énergie solaire à haute altitude seraient utilisés pour fournir aux pays en développement une couverture Internet à large bande. Ce mardi, cependant, la compagnie a annoncé qu’elle annule le programme. Facebook a même réussi à construire un prototype d’aéronef fonctionnel en grandeur réelle, qui a effectué deux vols d’essai – le premier s’est soldé par un atterrissage en catastrophe, mais le second a été complètement réussi.

Construit dans les installations de la société à Bridgwater, au Royaume-Uni, le drone Aquila comprend quatre hélices, un cadre et des ailes en fibre de carbone, une panoplie de panneaux solaires, et une envergure de 42 m, supérieure à celle d’un Boeing. 737 – mais il pèse moins qu’une voiture. Il a été conçu pour voler à des altitudes comprises entre 60 000 et 90 000 pi (18 200 et 27 400 m) pendant 90 jours maximum à la fois.

D’autres projets en cours

Dans un article du blog du 27 juin, cependant, Facebook a déclaré ce qu’en travaillant sur ces efforts, ils ont été ravis de voir que des entreprises leaders de l’industrie aérospatiale ont commencé à investir dans cette technologie, y compris la conception, et la construction de nouveaux avions à haute altitude. Ainsi, Facebook va continuer à travailler avec des partenaires comme Airbus sur la connectivité HAPS [plate-forme à haute altitude] en général, et sur les autres technologies nécessaires pour la rendre plus performante.

Facebook a donc insisté sur le fait qu’il reste déterminé à rendre la connectivité livrée via ce qu’il appelle les stations de plateforme à haute altitude (HAPS). Cependant, ces efforts se limiteront désormais au développement de technologies radio, et à la collaboration avec des partenaires tels que le géant de l’aviation Airbus. En novembre dernier, Facebook et Airbus ont annoncé qu’ils travaillaient ensemble pour faire progresser la «politique du spectre et de l’aviation» et «continuer à démontrer la viabilité des systèmes HAPS pour fournir une connectivité à large bande». Un projet un peu similaire, Project Loon de Google, continue de développer son système d’utilisation de ballons à haute altitude pour apporter la connectivité Internet aux régions éloignées.

comment créer une société offshore?